Mon 1er triathlon !

Triathlon guerret

Samedi 1er juillet, aux alentours de 20h30 je suis rentrée dans une catégorie que je n’imaginais pas vraiment rejoindre il y a encore quelques semaines : celle des triathlètes 🙂 Une épreuve forte en émotions, en dépassement de soi, en pluie et en fraîcheur ! Tellement fou et mémorable pour moi que j’ai décidé, pour une fois, de faire un compte rendu de ce fameux triathlon …

Mon 1er triathlon (S), à Guéret

En début d’année, mon amoureux et ses copains ont décidé de s’inscrire à un triathlon pour se tester sur cette nouvelle épreuve. Sur le coup, je me suis juste dit que je viendrai les encourager et puis ça s’est arrêté là.
Quelques semaines sont passées et finalement, je n’aimais pas l’idée d’aller jusqu’à Guéret pour encourager des copains sur le bord de la route et rentrer me coucher après… Je me suis dit que ça pourrait être mon défi, à moi aussi, de tenter l’aventure. Le format S est proposé, les distances prises une par une semblent réalisables, je motive la copine d’un participant et nous voilà engagées dans l’aventure !!
Triathlon gueret
(Non ce ne sont pas mes bras…)

La préparation et le jour J

Une prépar quasi inexistante…
La course je connais, 5 km c’est de la gnognotte, on va pas s’attarder là-dessus… je ne change pas mes habitudes de running.
C’est plutôt la natation qui m’effraie énormément : à part quelques ploufs en vacances et quelques mauvais souvenirs de cours de piscine de quand j’étais petite, on ne peut pas dire que je maîtrise la nage !
J’ai donc commencé à me traîner à la piscine au mois de mai pour voir ce qu’il en est… Et bah c’était pas jojo ! Une pause à chaque longueur (de 27 m… hum) pour reprendre mon souffle, et des jambes qui partent dans tous les sens… C’est pas gagné. Je me dis que quelques cours de natation ne me feraient pas de mal. Mais finalement je trouve un travail plutôt prenant courant mai et je ne me rends à la piscine que 2 fois en juin.
Côté vélo, les bases sont meilleures : j’aime pédaler, j’ai fait beaucoup de RPM quand j’étais à Poitiers et j’ai les cuissots plutôt entraînés. Heureusement car entre un vol de vélo et des week-ends bien occupés je n’aurai fait que 3 sorties avant le triathlon !!
Pour en rajouter une couche, j’attrape une bonne crève quelques jours avant l’épreuve : nez bouché et/où qui coule, gorge serrée, poumons qui brûlent…
Hop, un dernier rebondissement pour pimenter le tout : après une semaine de canicule sur tout le pays, c’est l’automne qui s’abat ce samedi-là sur la Creuse…

Voila, le décor est planté, le triathlon c’est parti !

Triathlon gueret
Vous lisez la peur dans nos yeux là ?

La natation

Comme je vous le disais, c’est ce qui me faisait le plus peur. Comme je sais à peine nager 80 m sans faire de pause, l’idée de le faire avec la crève me terrifie. Alors quand on m’annonce que le lac n’est plus qu’à 16.1° je crois que ça relève carrément de l’ineptie ! Mais bon, je suis venue jusqu’ici, je me suis persuadée que j’allais le faire… Je ne pouvais plus reculer !
Les gars qui faisaient le M le lendemain matin ont été obligés d’aller acheter une combi 1er prix sous peine de ne pas pouvoir participer. Je finis donc par enfiler celle de mon copain histoire de me protéger un peu du froid. Forcément elle est un peu trop grande pour moi et je ne sais pas trop comment me dépatouiller avec ce truc sur moi  🙁
Triathlon gueret
Nan mais y’a au moins 2 km jusqu’à cette bouée non ?
Bon, vous l’attendiez… Le départ est lancé ! Avec Florie on s’élance sur le sable, on se jette à l’eau pleines de bonne volonté et on commence à tenter de nager… Je mets ma tête sous l’eau une fois, puis 2 puis 3 et je me rends compte que je n’y arrive pas. L’étang froid et marron, les participants qui font des vaguelettes, cette satanée crève qui s’empire… Je fais une petite crise de panique et je dois me mettre sur le dos pour pouvoir respirer !!
Après quelques essais ratés de brasse coulée je tente un peu de crawl, impossible car l’eau rentre dans les manches courtes et larges de la combi ! Je termine donc ce tour de l’eau alternant la brasse de mémé et le dos à peine crawlé, le tout entrecoupé de crises de toux ! Le mec sur son kayak à du penser plusieurs fois que j’allais y rester ^^
Petit à petit je vois tous les participants s’éloigner de moi. Je relativise, je me dis que de toute façon, la, je ne peux rien faire de plus.
Triathlon gueret
10 minutes après tout le monde, me voici hors de l’eau !
Tranquillement, après 27’13 minutes à barboter, une grosse crampe dans le mollet et la pluie qui commence à tomber, je termine mes 750 m de nage et je cours, un peu hébétée dans le parc à vélo.
S’en suit la transition la plus longue de l’histoire ! Je ne sais plus ce que je dois faire, j’ai failli oublier d’enlever la combi, mes chaussettes sont déjà toutes mouillées, je ne pense même plus à me moucher alors que ça m’obsédait quand j’étais dans l’eau …
3’34 après je me lance sur le tapis bleu à l’assaut des cyclistes
 

Le vélo

Ça commence bien, je ne sais pas trop par où partir… (Bah oui tout le monde pédale déjà depuis très longtemps !)
Finalement, la route est repérée, je me lance et là je n’ai plus qu’une idée en tête : je ne terminerai pas dernière de ce foutu triathlon. Une espèce de rage me gagne et je me mets à pédaler le plus vite possible sous la pluie battante ! Je ne vois rien, mes lunettes sont recouvertes de gouttes, mes chaussures et mes chaussettes sont trempées, je n’ose pas attraper ma gourde de peur que mon vélo ne fasse une glissade sur la route détrempée… Je fonce. Je fonce. Je fonce.
J’en rattrape un puis une autre et puis j’en vois une autre au loin qui me semble en peine… Elle aussi je l’aurai ! Je pédale comme une furie, aucun répit… Je me dit que la course à pied va être difficile, qu’il faut que j’en garde un peu mais impossible… Je VEUX doubler !!
triathlon gueret
Un peu de vélo sous la pluie ?
La prochaine sur la liste c’est ma copine Florie ! Je la vois partir courir quand j’arrive au parc à vélo après 43’36 minutes de folie !  Elle n’a pas besoin de changer de chaussures et part rapidement. Moi je n’arrive pas à rentrer mes chaussettes trempées dans mes Boston boost mouillées … et hop 1’40 de transition !
 

La course à pied

Allez hop, plus que 5 km à courir, c’est RIEN. J’ai déjà couru un marathon moi nanmého ! Je commence à courir et j’ai l’impression que j’ai encore mes chaussures de vélo, que mes jambes sont ultra raides et que le sol est beaucoup trop près de mes pieds … Je ne vois pas Florie mais je double quand même quelques personnes (ok, elles en sont à leur 2nd tour… mais je suis juste contente d’aller plus vite qu’elles). Après un tour laborieux ou j’ai l’impression d’avoir déjà couru 10 bornes. Je la vois au loin et je me dis que ça serait trop cool de pouvoir la rattraper et terminer ensemble ce pari un peu fou… Mais c’est raté, motivée par une envie pressante, elle tape un gros sprint à l’arrivée et moi je reste derrière.
Peut importe, au bout de 23’03, l’arche du triathlon est là, les copains juste derrière et en quelques foulées nous voilà réunis ! Nos supporter tous mouillés et nous, les 2 triathlètes, frigorifiées mais ravies 😊
triathlon guéret
On garde le sourire !

Et maintenant alors ?

On m’avait dit « tu verras, sitôt arrivée, tu auras juste envie de recommencer !  » Alors, oui, j’ai bien envie de recommencer, mais plutôt pour prendre ma revanche, me prouver que je peux faire mieux. Je vais attendre un peu, prendre des cours de natation et peut-être que pour ma 2nde tentative, je prendrai plus de plaisir !

Ce que j’en retiens, c’est que j’ai réussi à me dépasser, à essayer jusqu’au bout, sans me décourager. Même si, je l’avoue, j’y ai pensé au début de mes galères en natation. J’avais toutes les excuses pour arrêter, je pense que tout le monde aurait compris, mais je crois que j’aurai eu un problème… avec moi-même ! Je m’en serai énormément voulu si j’avais abandonné, ce n’est vraiment pas mon genre et je ne compte pas commencer prochainement 🙂

gourmande de nature

4 commentaires

  1. Bravo ma petite clem, c’est un sacré défi quand même, et c’est rigolo d’avoir eu tous les détails 🙂 les conditions seront meilleures la prochaine fois ! Ça s’est passé comment pour Seb ? Gros bisous

    1. Seb est aussi arrivé dans les derniers en nage mais pas 10 minutes après tout le monde ! Et il a bien assuré sur la suite, appuyé par un beau soleil… tout s’est très bien passé 🙂

  2. T’es tellement une warrior ! J’ai bien ri en lisant ton CR et en t’imaginant dans l’eau avec tes manches trop grandes mais ma pauvre ça n’a vraiment pas du être facile pour toi… Encore un grand bravo et la prochaine fois ça ira mieux 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.