Cusco, la vallée sacrée & le Machu Picchu

Machu Picchu

Et voici la seconde étape de notre voyage au Pérou. Après 2 petites journées à Lima, nous avons embarqué dans un car vers le sud du Pays, direction Cusco, la vallée sacrée qui regorge de temples incas et bien sûr, le Machu Picchu !

Après 24 (longues) heures de route depuis Lima, nous commençons à apercevoir au loin les cimes des montagnes, signe que nous arrivons dans les Andes… Encore quelques kilomètres de lacets à admirer ces vues imprenables par la fenêtre du bus et nous voyons enfin Cusco apparaître.

Cusco, le nombril du monde

Nichée au cœur des Andes, perchée à 3400m d’altitude, cette ville est le berceau de la civilisation quechua : fondée au XIIIème  siècle par Mango Capac, son nom signifie « nombril du monde » (oui, rien que ça !). Au début du XVI ème siècle, les conquistadors espagnol débarquent et détruisent une bonne partie de la ville. La ville est donc un savoureux mélange de ruines incas et d’architecture coloniale.  Lieu de départ de très nombreux trek, c’est un repère de routards et d’aventuriers, une ville à l’ambiance un peu bohème. En bref, on a adoré cette ville et on compte bien y retourner un jour !

Après un délicieux repas végétarien mi andin mi européen accompagné de musique accoustique (je vous recommande chaudement cette adresse : green point), nous passons notre première après-midi à visiter le centre-ville. Comme à Lima, le cœur de la ville bat sur la Plaza das Armas où se dressent presque côte à côté la cathédrale et l’église de la Compania de Jesus, deux édifices magnifiques et imposants.

Cusco - plazza armas

La visite se poursuit dans le quartier voisin de San Blas, sur les hauteurs de Cusco : typique, plein de charme et de vieilles pierres. Les murs sont souvent composés de fondations en pierres incas, surmontées d’une partie plus moderne, héritée des conquistadors.
Ces fondations sont tout simplement impressionnantes : tous les blocs de pierre (de plusieurs tonnes) sont découpés, non pas sur 4 faces, mais 6, 7, 8… (Voire 12 pour le plus connu) et viennent s’emboîter parfaitement. Aucun mortier n’était utilisé et pourtant ces murs ont résisté aux conquistadors et aux séismes !

Cusco - san blas

Une visite à ne pas manquer : le temple du soleil, ou plutôt ses fondations, aujourd’hui « recouvertes » par le couvent Santo Domingo. Enfin, si vous comptez aller voir le Machu Pichu et que vous avez le temps, passez quelques heures à la Casa Concha pour préparer votre visite.

En fin de journée, il nous a fallu monter quelques dizaines de marches pour atteindre note hôtel mais le lendemain matin, nos efforts sont récompensés lorsque nous prenons notre petit déjeuner avec une vue extraordinaire sur la ville. Aujourd’hui nous commençons notre périple dans la vallée sacrée.

La vallée sacrée, le grenier des Incas

Cette région était le grenier des incas, ils y faisaient pousser diverses variétés de maïs et de pommes de terre et on y trouve de très nombreux temples Incas. Notre 1er arrêt sera d’ailleurs pour un centre de recherche agronomique de l’époque : le site de Moray. Un système d’amphithéâtres creusés dans des cirques naturels permettait de simuler de très nombreux micro climats et ainsi de tester la culture de n’importe quel végétal. Dingue non ?

Cusco - moray

Nous reprenons ensuite la route vers les Salineras de Maras : un lieu absolument hallucinant ! Imaginez : au milieu des Andes, creusés dans la roche, des centaines de bassins de sel (environs 4000) s’illuminent d’un blanc éclatant ! Un ruisseau chargé de sel arrive dans cette vallée, permettant ainsi, depuis l’époque Incas, la récolte du sel en plein cœur du pays à plus de 3000 m d’altitude.

salineras maras

Nous poursuivons ensuite vers le Nord jusqu’à Ollantaytambo, dernière forteresse avant le chemin de l’Inca, route qui mène au Machu Picchu. Si vous avez le temps, prenez quelques heures pour visiter ce petit village et sa grande et impressionnante forteresse.

LE Machu Picchu

Comment y aller ?

Enfin, il est l’heure de prendre le train pour Aguas Calientes, LA ville du Machu Picchu. Pour se rendre au Machu Picchu, il existe 3 solutions : en train, (affreusement cher mais très rapide), en trek (avec guide obligatoire et donc assez cher également) ou la solution économique en 2 jours de transports en commun.

Nous ne voulions pas emprunter ce chemin car nous avions prévu dans la semaine, un trek de 4 jours, en toute autonomie vers un site tout aussi grandiose mais beaucoup plus secret : Choquequirao. Nous ne voulions pas perdre trop de temps, alors nous avons choisi de faire comme tous les touristes, céder au hold up de la compagnie de train.

Rien de très intéressant à raconter sur cette ville, qui est juste le point de départ des bus et chemins vers le Machu Picchu. Attendez-vous à payer le prix fort pour une chambre d’hôtel plus que basique et un repas peu ragoutant. Le lendemain, levés très tôt, on attends le 1er bus sous la pluie et dans le brouillard, la journée commence bien…

La visite

Nous avions choisi de réaliser l’ascension du Wayna Pichu, le pain de sucre qui fait face au site et qui devait nous offrir, du haut de ses 2700m, une vue imprenable. Raté : la brume est restée et nous n’avons absolument RIEN vu !

Montana Picchu
Oui, on est bien montés tout là-haut !

Nous redescendons et commençons la visite, toujours dans la brume… Même avec peu de visibilité, on devine la beauté, la magie de lieu. Imaginer que les incas ont construit cette cité, dans cet endroit reculé, inaccessible, il y a plusieurs siècles est à peine croyable. Un village, des terrasses agricoles, un quartier industriel, un temple, un système de canalisation… près de 1800 personnes vivaient sur le site !

Machu Picchu - vallée sacrée

Je ne décrirai pas la visite sur le site car on reste vraiment sans voix, c’est une expérience à vivre. Quelques détails utiles cependant : pensez à réserver votre entrée au moins un mois à l’avance (les places sont rares !) et documentez-vous, imprimez des plans, des explications, avant de partir car absolument rien n’est distribué sur place ! La visite se fait facilement en une demi-journée.

Machu-picchu

Une fois rentrés à Cusco, nous nous préparons pour notre trek qui débute le lendemain matin. La tente est louée, les provisions achetées et emballées, il ne nous reste plus qu’à faire un bon repas pré-rando. Et là c’est le drame : prise de maux de tête et de vomissements, je ne dors pas de la nuit. Persuadés que j’ai fait une petite indigestion nous attendons le jour suivant pour repartir. Malheureusement, après une autre nuit chaotique, il a fallu se rendre à l’évidence : mon problème, c’était le Sorroche, le mal des montagnes. On a beau être sportif et bien entraîné, ce syndrome peut toucher n’importe qui, et c’est sur moi que c’est tombé. Seule solution pour contrer cet état : redescendre dans des altitudes plus raisonnables.

Quelle déception, ce trek de Choquequirao, c’était un peu le but ultime de notre voyage, son point d’orgue ! Mais bon, nous avions déjà perdu près de 2 jours de notre voyage, nous n’allions pas nous entêter… Alors nous avons décidé de modifier notre parcours et de prendre la route vers … la Bolivie !

Avant de vous quitter, quelques images hautes en couleurs du 1er mai à Cuso :

1er mai à cusco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.